Jardins

UN CHANT d’oiseau
comme une odeur d’humidité dans l’air
réveillent les jardins anciens

***

ORANGE Saint-Malo
Jaune-rosé Montmartre
Blanc          le sang des campanules

***

À ROMPRE les fleurs fanées
l’illusion
éphémère
de retrouver le jardin mort
les parents disparus

Isabel V, Textes parus dans Le pan poétique des muses, N°3, été 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s