À rebours de nouveau…

AU BORD LA BNF                    immense quartier-chantier                 quartier

éventré                                   perforations sans fin              pousses

de constructions                    hasardeuses                disparition

des vieux rades bicoques                   plus que

cantines tours trous               entasser                     maximumd’âmes

sur surface minimum                         en hauteur en largeur tout ça entre

excavations                 grues               embryons

d’immeubles vides                 Pourtant                     avec le temps

l’humanité                  dans un jardin                        un  square

un foyer d’immigrés                          épargnés                       surtout

en bord de Seine                     où le badaud l’amoureux le clochard

se joignent sous les ponts                 -cliché tenace mais

vivant cliché-                         où sous un masque mortuaire

se glissent                                 les ombres  des cafés anciens

folles herbes fendant les pierres

Isabel V, Extrait de Sous la peau de l’eau, plus de textes dans la revue La Passe n°18, automne-hiver 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s