Soutenir le film Salafistes

369457

Il n’est pas compréhensible que ce film passe dans si peu de salles, alors même qu’il permet de comprendre les techniques de prise de pouvoir de l’EI, fondées sur le prêche, l’effroi et la séduction. En effet, sont mis en parallèle les prêches de religieux cultivés et les exactions commises au nom de la charia, mais aussi divers éléments de séduction. Ainsi, face caméra, un prêcheur affirme-t-il sur une voix doucereuse que Mohamed Merah n’aurait pas tué d’enfants, que ce serait un coup monté (où l’on retrouve les techniques habituelles du négationnisme) ; un jeune homme d’affaires présente son site propre à attirer la jeunesse avec notamment des articles de mode pour le djihadiste lambda tandis qu’une boutique tunisienne fait commerce de tous ces petits articles dont sont férus ceux qui rêvent de combattre en Syrie (drapeaux de l’EI, niqab, etc.) ; pendant ce temps, des mains sont coupées, des corps sont fouettés, lapidés, ou circulent dans des cages, d’innombrables personnes sont assassinées d’une balle dans la tête ; quant à la musique, la cigarette ou l’alcool, et tout ce qui pourrait avoir trait aux plaisirs de l’existence humaine, ils sont interdits sous peine de sévices.

Pas besoin de beaucoup de finesse d’esprit pour comprendre le point de vue critique des réalisateurs, qui mettent ici à nu la pauvreté de l’argumentaire où se côtoient vérités et mensonges, juxtaposée à la cruauté bien réelle des exactions.

Or, on nous a martelé qu’il n’y avait pas de voix off, que le point de vue était ambivalent, la critique peu claire :

C’est occulter totalement l’omniprésence de la musique tout au long du film, qui est un excellent contrepoint –une forme de voix off- aux propos des prêcheurs la condamnant à intervalles réguliers, et je m’étonne qu’aucun critique du film ne s’en soit aperçu…

C’est oublier un peu vite les questions des réalisateurs, dont on entend la voix, qui ont sans doute été verrouillés plus d’une fois sur ce point, étant donné les risques encourrus en allant interroger des djihadistes sur leur propre terrain. On perçoit cependant très bien une différence quant à leur liberté de parole en Mauritanie ou en Tunisie : leur point de vue transparaît en miroir dans les réponses mêmes des personnes interrogées.

C’est oublier un peu vite certaines scènes qui n’ont pas manqué de faire sourire les spectateurs, de par la pauvreté du discours, en particulier celle du prêcheur qui justifie qu’un homme vaut deux femmes par cet argument extraordinaire : « c’est le secret de Dieu » !

C’est oublier un peu vite le gros plan final sur un touareg défiant les djihadistes en leur soufflant la fumée de sa pipe au visage par le truchement de la caméra (précisément l’affiche du film).

Enfin c’est oublier complètement la dédicace aux victimes de Charlie Hebdo qui n’ont eu cesse de leur vivant de dénoncer ces fous de dieu et l’ont payé de leur vie.

Une amnésie et une absence totale de recul semblent donc avoir soudainement frappé les critiques de manière quasi unanime : l’envers même d’une critique digne de ce nom. Ces mêmes critiques qui encensèrent le très bon film Timbuktu réalisé justement à l’appui des images, interviews et recherches des auteurs de Salafistes.

Enfin, soulignons cet autre paradoxe, alors que certains s’inquiètent sur le risque de l’amalgame que pourrait provoquer ce film, on constate ici que ce sont les prêcheurs eux-mêmes qui se complaisent dans l’amalgame, qu’il soit religieux, historique ou lié aux nations, ceci dans le seul but de convertir un maximum de personnes à leur épouvantable combat, qui consiste non pas à libérer qui que ce soit d’un quelconque joug, mais à priver, à enfermer, à condamner au fouet, à l’amputation ou à mort toute personne allant à l’encontre de la charia, le tout permettant d’assouvir leur insatiable soif de pouvoir.

Isabel V

NB Audience de référé ce jour, suite à deux requêtes de la société éditrice du film contre la décision du ministère de la culture d’interdire le film aux mineurs de moins de 18 ans (source RFI).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s