PAQCAD

« La poésie a quelque chose à dire » ou les disséminations de papier

Xavier Frandon récolte et sème ses poèmes et ceux des autres dans des lieux insolites, urbains la plupart du temps. Seul le hasard réunit le lecteur et le texte. De nombreuses photographies témoignent sur sa page Facebook, non sans humour, de cet acte de partage, où les voix se mêlent, où chacun devient un lecteur potentiel de poésie : plus de cercle fermé, pas d’élite, juste le plaisir de la découverte et de la rencontre, belle « comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie ». IV

Du poème attachant au « poème flou ascensionnel » en passant par une vanité : Paqcad, c’est ici

DSC_0143DSC_0204DSC_0358

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s