« revenants de guerre »

Du dix-huitième parallèle

à la forêt de Zaatit

un étrange voyage

guerrier

sanglant

une route gracquienne sur laquelle se créent

des liens aussi intenses

qu’éphémères

rongés par la fuite

brisés par la mort

toujours

« A mon père », extrait de Saisons et deuils, Isabel V

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s